Atelier du Libre 2018 – Le 11 Janvier 2018 à 20H30 - Le Terminal pour les Nuls

Le 2ème Jeudi du mois de Janvier à 20H30, vous pourrez découvrir l’utilisation d’un logiciel dont vous ne vous étes peut-être jamais servi et qui va vous devenir indispensable. Cette initiation s’adresse exclusivement aux débutants.

 

  INITIATION - Le Terminal pour les Nuls  

 ATTENTION MODIFICATION DE L'HEURE À 20H30

Nous verrons ensemble les fonctions de base permettant de gérer votre ordinateur au quotidien.

Un fichier de 60 millions de « gens honnêtes »

Écrit par PUECH Michel le . Publié dans News

surveillance

Le gouvernement a publié un décret instituant un fichier monstre commun aux passeports et aux cartes nationales d'identité. Destiné à faciliter établissement et renouvellement de ces titres, en plus de prévenir les fraudes, il va ingurgiter des centaines de millions de données puisées dans toute la population française.

C'est bien sur l’état civil, mais aussi la couleur des yeux, la taille, l’adresse, la filiation des parents, l'image numérisée du visage et en principe des empreintes digitales de tous les Français. S’y ajouteront l'image numérisée de la signature du demandeur, l’adresse email et les coordonnées téléphoniques du demandeur.

On voit là le danger d'un tel fichier, et l'exploitation de surveillance généralisée qui peut en découler.

Les réserves de la CNIL, le Parlement oublié

La CNIL a émis plusieurs réserves sur ce traitement. Si elle juge justifiées les finalités, elle se glace à l’idée de voir « réunir au sein d'un même fichier des données biométriques, en particulier les images numérisées des empreintes digitales et de la photographie de l'ensemble des demandeurs de cartes nationales d'identité et de passeports ».

Et pour cause : alors que TES ne comportait « que » 15 millions de jeux de données issues des passeports, TES 2.0 va ficher 60 millions de personnes. Soit « la quasi-totalité de la population française », « un changement d'ampleur et, par suite, de nature, considérable ».

Du coup, la Commission aurait aimé que le gouvernement saisisse le Parlement de cette question.

# Source

# Pour aller plus loin

# Une page de recherches